top of page

Le sport en entreprise : un argument de choc pour la marque employeur

Qu'on se le dise, les collaborateurs ont envie de se dépenser dans leur cadre professionnel. Selon le baromètre A.S.O-Harmonie Mutuelle, une entreprise qui offre des possibilités d'exercice physique dispose d'arguments supplémentaires en matière de recrutement.

Avez-vous envie de travailler dans une entreprise qui bouge ? Le « qui bouge » étant pris au pied de la lettre, c'est-à-dire renvoyant à une activité physique. Il faut croire que oui : selon le baromètre publié conjointement par Harmonie Mutuelle (spécialisé dans les assurances) et A.S.O (la société en charge de l'organisation de grands événements sportifs), 79% des salariés aspirent à travailler dans une entreprise qui favorise la pratique du sport. Avec une bonne raison à la clé : 75% constatent une amélioration de leurs performances professionnelles grâce à la pratique d'une activité physique sur leur lieu de travail.


Préservation de la santé mentale

Ce ressenti très positif est loin d'être la seule vertu transmise par une entreprise qui encouragerait le sport. Les collaborateurs insistent aussi sur les atouts en termes de santé mentale : 91%, soit une écrasante majorité, soulignent combien contribue le sport directement à leur bien-être. Parallèlement, 85% notent les effets en matière de réduction du stress ; c'est le cas notamment des moins de 35 ans (90%) et des femmes (89%).


Marge de progression

Face à ce plébiscite en faveur de la pratique sportive en entreprise, quelles réponses concrètes apportent concrètement les employeurs ? Le panorama est décevant puisque selon les salariés, seulement 20% des entreprises déploieraient une offre dédiée à l'activité sportive dans le cadre professionnel. Autant dire que la marge de progression est considérable.


Achat d'un vélo

Sur quelles pistes travailler en priorité ? Un soutien financier pour favoriser la pratique du sport à l'extérieur de l'entreprise est une solution immédiatement avancée : par exemple, 75% des salariés souhaiteraient être remboursés de l'achat d'un vélo tandis que 69% préconisent une réduction sur les abonnements sportifs et 68% avancent l'hypothèse d'une réduction sur les équipements sportifs.


Des horaires au service du sport

L'aménagement des horaires de travail est un autre scénario privilégié : 62% des salariés sondés verraient d'un bon œil des ajustements pour pratiquer une activité sportive sur le temps professionnel. Nombreux par exemple sont les collaborateurs qui se félicitent de pouvoir aller courir ensemble entre midi et deux. Ou de se retrouver un peu plus tôt le soir pour pratiquer un sport d'équipe.


Cité dans l'enquête, Florent Garrigoux, directeur commercial et partenariats adjoints chez A.S.O, apprécie que de nombreux clients et partenaires, aient entrepris de faire une place à ceux qui veulent faire du sport sur leur lieu de travail : « Horaires aménagés à la mi-journée, garages à vélos, douches, accord avec des salles de sport à proximité, tout est fait pour accompagner et parfois même inciter à la pratique du sport dans l'entreprise. »


Une salle pour faire de l'exercice

Après le soutien financier et les aménagements horaires, la facilitation de la pratique via l'implantation d'une salle de sport est le troisième grand levier évoqué par les salariés : 51% se disent intéressés par l'installation d'un espace dédié - qui requiert un minimum de place. Faut-il en plus des outils, par exemple des appareils de musculation ? C'est un peu la cerise sur le gâteau. Arriver à libérer des mètres carrés, c'est déjà très bien...


Source : Le Figaro emploi - Frédéric De Monicault

Posts récents

Voir tout
bottom of page