Surpoids: le sport peut aider !

Dernière mise à jour : oct. 4



Le sport pour lutter contre l’obésité

Un niveau de preuves scientifiques élevé montre que la pratique régulière d’une activité physique et sportive et la réduction des comportements sédentaires permettent de prévenir les risques de surpoids et d’obésité (HAS, 2012 ; ANSES, 2016 ; INSERM, 2008, 2019).

Les effets bénéfiques des activités physiques et sportives sur le corps sont nombreux. Outre le fait que l’augmentation de la dépense énergétique va agir directement sur la masse grasse, la pratique régulière d’une activité physique et sportive va faciliter la régularisation de notre prise alimentaire (HAS, 2012 ; ANSES, 2016 ; INSERM, 2008, 2019). Par conséquent, les activités physiques et sportives jouent un rôle majeur pour prévenir la prise de poids dans le temps. Et ces bienfaits vont bien au-delà de la prévention du surpoids et de l’obésité. L’augmentation des capacités musculaires, cardio-vasculaires et cardio-respiratoires prolonge l’espérance de vie en bonne santé et favorise une meilleure qualité de vie au quotidien : moins de fatigue, d’anxiété, d’essoufflement… (ANSES, 2016 ; INSERM, 2008, 2019).

Toutes les formes de pratique sont utiles pour nous aider à prévenir et à limiter le surpoids : activités sportives, activités de loisirs, activités domestiques (ex. nettoyage, jardinage), déplacements (i.e. marche, vélo) …

Par le Ministère chargé des Sports

Quelles recommandations selon l’OMS?

L’ensemble des activités physiques et sportives doit favoriser l’atteinte des recommandations fixées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS, 2020) :

  • Pour les enfants et les adolescents, 60 minutes par jour en moyenne d’activité physique essentiellement d’endurance d’intensité modérée à soutenue et ce, tout au long de la semaine. Des activités d’endurance d’intensité soutenue, ainsi que des activités qui renforcent le système musculaire, devraient être intégrées au moins trois fois par semaine ;

  • Pour les adultes et les personnes avançant en âge, 150 à 300 minutes d’activité physique d’endurance d’intensité modérée ou au moins 75 à 150 minutes d’activité physique d’endurance d’intensité soutenue ou une combinaison équivalente d’activité physique d’intensité modérée et soutenue par semaine. Des activités de renforcement musculaire d’intensité modérée ou plus soutenue faisant travailler les principaux groupes musculaires devraient être intégrées au minimum deux fois par semaine.

Des temps de sédentarité à réduire

Il est également recommandé de réduire au maximum les temps de sédentarité, et en particulier le temps de loisir passé devant un écran. L’atteinte de ces recommandations permet donc de limiter et prévenir le surpoids, ainsi que de nombreuses maladies chroniques. Cependant, il convient de rappeler que toute quantité d’activité physique vaut mieux qu’aucune activité physique. L’atteinte de ces objectifs peut prendre du temps.

Les activités physiques et sportives doivent être ainsi adaptées à la capacité physique de chacun. Dans cette perspective, le recours à une pratique encadrée au sein d’une structure sportive par des intervenants formés peut aider. Malgré les nombreux bénéfices associés à la pratique régulière d’une activité physique et sportive, une part importante de la population française aurait des difficultés à atteindre le niveau de pratique recommandé : entre 31 % à 81 % de la population selon les tranches d’âge et le sexe (Guthold et al., 2018, 2020). De même, la prévalence de la population adulte en surpoids ou obèse (indice de masse corporelle supérieur à 25) s’élèverait à plus de 49 % selon les données de Santé publique France (2017).

Promouvoir les activités physiques et sportives

La promotion des activités physiques et sportives constitue donc un enjeu majeur de prévention. Dans cette perspective, des mesures gouvernementales fortes sont déjà mises en œuvre et d’autres sont en cours de déploiement sur le territoire national, afin de faciliter et d’encourager les pratiques sportives au quotidien.

Ces mesures s’inscrivent dans le cadre de plusieurs programmes interministériels tels que la Stratégie Nationale Sport Santé 2019-2024, qui visent à agir à tous les âges de la vie, ainsi que dans différents contextes. Dans ces programmes interministériels, priorité est donnée aux jeunes, aux publics les plus éloignés de la pratique, ainsi qu’aux territoires les plus fragilisés et défavorisés, où la prévalence du surpoids et de l’obésité est importante.

Le public jeune représente une cible pertinente et stratégique pour prévenir les risques de surpoids et d’obésité. Les travaux sur le tissu adipeux ont révélé que les adultes obèses le sont depuis l’enfance avec un développement de la masse grasse très précoce (ANSES, 2016).

La promotion des activités physiques et sportives chez les jeunes est une des priorités du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports. Le milieu éducatif constitue donc un environnement privilégié pour agir efficacement et sur le long terme sur la santé des jeunes, tout en tenant compte des inégalités sociales et territoriales de santé. De nombreuses actions issues de la Stratégie Nationale Sport Santé 2019-2024 sont ainsi mises en œuvre afin de développer la pratique d’activité physique et sportive auprès des publics scolaires et des étudiants.

L’adulte de plus en plus sédentaire

Le public adulte représente la catégorie d’âge où la prévalence du surpoids et de l’obésité est la plus importante (environ 1 adulte sur 2 d’après Santé publique France). Selon l’INSEE (2017), plus de 70 % des adultes ont une activité dans le milieu professionnel, la majorité dans le secteur tertiaire. Or, dans ce secteur, il est maintenant bien démontré que le temps passé à des activités sédentaires chez l’adulte est principalement d’origine professionnelle, caractérisé par des moments de sédentarité prolongés et importants (Ryan, 2011 ; Genin, 2018). Les temps de sédentarité étant associés à une augmentation significative du risque de surpoids et d’obésité (ANSES, 2016), le milieu professionnel représente donc un environnement privilégié pour agir sur la santé des adultes. Ainsi, la Stratégie Nationale Sport Santé 2019-2024 prévoit de développer la pratique d’activités physiques et sportives en milieu professionnel.

L’augmentation constante de la masse grasse peut conduire à terme à une obésité, maladie chronique dont la prise en charge est complexe. Dans cette prise en charge, il est recommandé d’intégrer une activité physique adaptée afin d’améliorer l’efficacité de cette dernière (HAS, 2011 ; ANSES, 2016 ; INSERM, 2019). L’un des objectifs de la Stratégie Nationale Sport Santé 2019-2024 est de favoriser le recours à la prescription et à la dispensation de l’activité physique adaptée et de renforcer la coordination interdisciplinaire à partir des actions suivantes.

La prévention du surpoids et de l’obésité requiert donc l’implication et la coordination de l’ensemble des acteurs et des parties prenantes de la promotion des activités physiques et sportives. Ceci permettra ainsi de maximiser les opportunités de pratique auprès de l’ensemble de la population, à tous les âges de la vie, et dans tous les contextes.


Source : docdusport.com

42 vues0 commentaire